L'édito: c'est quoi devenir une femme ?


Collection Tour du Monde - Plage de Praia Grande - Brésil - 2018


Enfant, je me suis souvent demandé, quelle genre de femme je serai.

Je m’imaginais avec une grande famille, un métier passionnant, des voyages et des loisirs à n’en plus finir (et un corps de déesse pour ne rien gâcher). La petite vie parfaite quoi ! D’ailleurs, on demande souvent aux petites filles:

quel métier tu veux faire plus tard ? Tu voudras des enfants ? Combien ? Très vite, nous sommes projetées sur ce que sera notre vie de femme.


Pourtant, à quel moment, au milieu de tous ces clichés préfabriqués, distillés dans les têtes des jeunes filles dès la petite enfance, aborde-t-on de ce que devenir une femme implique vraiment ? Vous savez, l’héritage que nous avons toutes en commun, qu’on habite Paris ou Pondichéry, qu’on soit brune ou rousse, fan de Beyoncé ou de Chantal Goya (personne n’est parfait) ?


Vous l’avez ? Le cycle féminin ! Ce pack ultra complet qui comprend: la puberté, les règles, la ménopause, avec l’option premium plus pour celles qui le souhaitent: grossesse, post partum et plus si affinités.


Alors bien sûr, on a fini par évoquer la première grande étape, celle qui nous fait rentrer dans la vie de femme vers l’âge de 13 ans, les règles, mais sans vraiment s’étaler sur le sujet. J’ai rapidement intégré que c’était quelque chose d’intime, qu’on chuchote seulement, dont on ne parle pas avec n’importe qui, encore moins des hommes.

J’ai eu l’impression qu’on m’avait mise dans une grande confidence, qui s’avère pourtant être forcément connue de toutes depuis la nuit des temps.

Adolescente, même entre copines, on en discutait peu, encore plus quand nos règles ne semblaient pas habituelles (genre une fois abondante, puis pendant des mois absentes, parfois avec une couleur différente ou bien des caillots). Aujourd'hui avec le recul, ce que je considérais anormal était en réalité tout à fait commun, mais comme beaucoup de jeunes filles, j'étais ignorante.

Alors je suis restée avec mes questions (à l’époque, on n’avait pas Google dans notre poche), j’avais saisi que devenir une femme, c’est avoir ses règles. Mais sans pour autant comprendre ce qu’il se passait vraiment dans mon corps (non le cours de 4ème de Sciences Nat’ sur les organes reproductifs n’a rien changé).

Quand est venu mon tour de devenir maman et d’élever ma fille, je me suis posée la question de la transmission :

elle aussi va passer par là, comment vais-je lui expliquer ces étapes avec des mots justes, afin qu’elle ne soit pas dans le flou comme je l'ai été ?


J’en ai parlé à mes amies et les réponses ressemblaient beaucoup à ce que j’avais entendu enfant : « quand une fille a ses règles, elle devient une femme, c’est ce qui va lui permettre de faire des bébés » , ou bien encore « le sang se renouvelle, nettoie toutes les impuretés de ton corps » (si si je l’ai entendu !).

Un constat s’est alors imposé, on ne nous a pas appris : à comprendre ce qu’il se passe réellement dans notre corps, à accueillir les symptômes qui accompagnent l’entrée dans le cycle féminin, à parler du cycle féminin et à l'honorer !

Je ne jette pas la pierre sur nos aînées, de qui nous tenons ces explications incomplètes. Après tout, elles reproduisent ce qu'on leur a appris. Le problème c'est que face à ce manque d'information avéré, à ce tabou qui empêche d'aborder concrètement tout ce qui concerne le cycle féminin, quel autre choix ont la plupart des jeunes filles, que d’intégrer cette part d'elles-même comme étant une fatalité, voir même une faiblesse constitutive de la femme par rapport aux hommes ?

Après cette série de prise de conscience, il n’était plus question que je me contente de ces phrases toutes faites pour ma fille (ni pour mon garçon d’ailleurs, mais ça c’est une autre histoire).


Je suis convaincue qu'une fois qu'on a la compréhension de son corps, de son fonctionnement, qu'on est informée sur les méthodes et solutions qui peuvent soulager les symptômes parfois pénible à la puberté, pendant les règles ou durant la ménopause, et bien on vit différemment ses cycles, on vit différemment tout court ! On peut même tirer avantage de chaque période de son cycle (si si, j'ai bien dit avantages ! ).


Pour ma fille et pour toutes les générations actuelles et futures, garçons et hommes compris, j’ai décidé de suivre le chemin des courageuses femmes qui ont ouvert la voix. Passionnée depuis plusieurs années par le cycle féminin, je souhaite parler et transmettre. Aujourd'hui il est évident que la parole se libère d’avantage autour des tabous qui entourent la féminité. On évoque plus facilement les règles, on dénigre moins les douleurs, on ose même s'exprimer sur l’endométriose et on affiche enfin les réalités du post partum.

C'est ainsi qu'on fait changer les choses, en mettant des mots sur ce que les femmes vivent, ressentent, parfois subissent.

Alors la normalement vous vous dites, elle est bien gentille, mais comment on fait tout ça ?

Et bien ça commence par ici, sur ce blog ! Rosie & Hilda, c'est l'endroit où chacun.e pourra :

Libérer la parole : Parce que dans les témoignages des femmes, vous retrouverez une universalité qui résonne en chacune de nous !

Apprendre : Parce que connaître son corps permet de mieux appréhender toutes les phases de sa vie de femme !

Transmettre : Parce qu'il existe des solutions naturelles, des pratiques, qui guident les femmes vers une féminité épanouie !


A nous de jouer !


Cet édito vous parle ?

👉🏽N'hésitez pas à laisser vos commentaires

👉🏽Partagez l'article s'il vous a plu

⭐️Retrouvez Rosie & Hilda sur Instagram et Facebook

91 vues0 commentaire